Le Covid 19 : l’occasion de reconsidérer la fin de vie dans la dignité ?

Libération 9 avril 2020

L’infection au Covid 19 n’aura pas fini de mettre en lumière nos erreurs et nos manques de réflexion en matière sanitaire. Cette politique de l’autruche ne date pas d’aujourd’hui, ni même d’hier, mais d’avant-hier. Trop longtemps nous avons fait confiance aux technocrates et aux idéologues libéraux de la santé. Après le manque de soignants par le blocage du numérus clausus (1971), après la diminution drastique des lits d’hospitalisation au nom d’une vision mercantile (moins 40% de lits en cinquante ans), nous découvrons le manque possible de médicaments du fait de la course au profit maximum des entreprises pharmaceutiques qui ont délocalisé leur production.

Aujourd’hui, nous faisons également  mine de découvrir les problèmes posés par la fin de vie. Notre société n’a jamais voulu réellement aborder les insuffisances de la loi française, dite Claeys-Léonetti, qui, pour limiter le recours à la « sédation profonde et continue », impose l’hospitalisation et refuse aux médecins généralistes la possibilité de se procurer en ville les produits nécessaires à cette sédation (En novembre, l’un d’entre eux a été suspendu pour avoir aidé des malades à mourir à leur domicile en utilisant du Midazolam que son épouse hospitalière lui avait procuré). Cette loi n’avait pas prévu non plus l’impossibilité d’hospitaliser des malades âgés par manque de lits d’hospitalisation.

Le décret que vient d’émettre le premier ministre, le 28 mars, autorisant la vente en pharmacie du Rivotril intraveineux, a pour objectif d’éviter aux personnes agonisant en ville et dans les Ehpad de mourir dans les souffrances cruelles de l’asphyxie. Même si ce décret limite dans le temps l’autorisation de l’emploi du Rivotril intraveineux, il est une reconnaissance officielle de l’Aide Médicale à Mourir. Ce que beaucoup réclament depuis des années. Il est temps de reconnaître la valeur éthique et humaine des médecins qui ont le courage d’éviter à leur patient une agonie inutile et douloureuse.

Toutefois, par la précipitation dans lequel il a été élaboré,ce texte ministériel pose trois problèmes de fond.

Tout d’abord où est la collégialité nécessaire à une telle décision ? La loi Clayes-Léonettin’a rien précisé sur ce point essentiel.Comment la faire vivre quand on exerce seul au fin fond de la Lozère ou de la campagne bretonne ? En Belgique, en Hollande, la loi est claire :  l’avis de deux médecins est nécessaire avant d’envisager une Aide Médicale à Mourir.

Ensuite, la limitation du décret dans le temps. Pourquoi ce qui est considéré comme une solution humaine un jour ne  le serait pas demain ? Voilà longtemps que la population, dans sa très grande majorité (près de 90%), réclame un changement de la loi qui l’autoriserait à bénéficier d’une mort choisie et sereine. Une demande qui se heurte à la surdité des autorités politiques, religieuses et parfois même médicales.

Enfin, il manque dans ce décret l’élément essentiel : le choix du malade ou l’avis de la personne de confiance. Pourquoi refuse-t-on que les Directives anticipées soient un véritable testament, laissant à chacun la liberté de choisir sa fin de vie ? Pourquoi les législateurs ont-ils limité la validité des Directives anticipées au cadre restrictif d’une loi incomplète ?

Une fois éloignée, la pandémie au Covid 19 va-t-elle nous amener à reconsidérer autrement les problèmes de la maladie, de la souffrance, de la fin de vie. Nos hommes politiques vont-ils enfin ouvrir les yeux sur ces erreurs et ces manquements que nous avons été nombreux à dénoncer depuis longtemps ? Va-t-on enfin prendre conscience que ce problème particulièrement aigu du« tri des patients » qui choque tant de gens aujourd’hui, existait chez nous de façon chronique, du fait de la diminution du nombre drastique de lits d’hospitalisation ? Qu’un tri médical totalement inhumain, existe également depuis longtemps entre pays riches et pays pauvres, sans que cela ne brutalise les bonnes consciences ? Sans parler des millions de réfugiés dont beaucoup vont être livrés à une mort certaine. Y aurait-il dans la défense de l’éthique médicaledeux poids, deux mesures ?

Espérons que dans six mois, quand la pandémie commencera à se lasser de notre terre, nous n’oublierons pas nos erreurs passées et que nous mettrons fin à une politique hypocrite et mercantile de la santé. Une politique qui va nous coûter cher.

Docteur Denis Labayle, Médecin hospitalier. Auteur de : La vie devant nous, enquête sur les maisons de retraite (ed. Seuil), Tempête sur l’hôpital (ed. Seuil), Pitié pour les hommes (ed. Stock)
Coprésident du CHOIX, Citoyens pour une mort choisie

Docteur Bernard Senet, Médecin généraliste, membre du Collège décisionnel du CHOIX, Citoyens pour une mort choisie.

Docteur Martin Winckler, médecin, et écrivain. Président du comité d’honneur de l’association Le choix. Citoyens pour une mort choisie.

Mars 2020 : Nouveau récit

ADOPTÉE
Denis LABAYLE – Thérèse LEMOINE

Synchronique Éditions. 17,90 €

Suite à un accident, Thérèse vit en fauteuil roulant depuis l’âge de vingt ans. Après un long combat solitaire contre le sort, elle s’initie à l’escrime, devient championne du monde, plusieurs fois médaillées olympiques. Avec une ténacité incroyable, cette bretonne globetrotteuse traverse le monde avec son fauteuil roulant de la Thaïlande à la Colombie en passant par le Yémen, la Nouvelle Calédonie ou Madagascar. Pendant toutes ces années, le handicap ne parvient pas à effacer son désir maternel. A quarante ans, malgré le célibat, malgré son handicap, elle décide d’adopter un enfant. Elle rencontre Olga, petite fille russe de sept ans. Commence alors la plus aventureuse de ses aventures, où rien ne se passe comme prévu…

Adoptée

Denis LABAYLE – Thérèse LEMOINE
Synchronique Éditions (2020)
17,90 €

Suite à un accident, Thérèse vit en fauteuil roulant depuis l’âge de vingt ans. Après un long combat solitaire contre le sort, elle s’initie à l’escrime, devient championne du monde, plusieurs fois médaillées olympiques. Avec une ténacité incroyable, cette bretonne globetrotteuse traverse le monde avec son fauteuil roulant de la Thaïlande à la Colombie en passant par le Yémen, la Nouvelle Calédonie ou Madagascar. Pendant toutes ces années, le handicap ne parvient pas à effacer son désir maternel. A quarante ans, malgré le célibat, malgré son handicap, elle décide d’adopter un enfant. Elle rencontre Olga, petite fille russe de sept ans. Commence alors la plus aventureuse de ses aventures, où rien ne se passe comme prévu.

Avec le style fluide qu’on lui connait, Denis Labayle raconte l’incroyable récit de ces deux cabossés par la vie. Deux fortes personnalités qui s’attirent, se repoussent, se déchirent et s’embrassent. Un long apprentissage avant que chacun adopte l’autre. Un récit intense, émouvant et terriblement humain.

Commander le livre

Adoptée – Revue de presse

Entends venir l’orage

Denis Labayle
Éditions Glyphe (2019)
16 €

Françoise, employée modèle, travaille depuis vingt ans dans une grande firme informatique. Son coéquipier est le onzième salarié à mettre fin à ses jours depuis le début de l’année. Bouleversée, elle décide d’entrer en résistance au sein de son entreprise.

Au même moment, la mort brutale de Michel Delvaut, ancien PDG des Turbines Atlantiques, fait la une des médias. Si l’hypothèse du suicide se confirmait, ce serait le sixième PDG à se donner la mort en moins d’un an.

Quel lien entre ces faits divers ? Aucun, bien sûr…

Entre thriller et fable politique, ce roman d’une brûlante actualité met en scène la révolte solitaire d’une femme contre l’impitoyable monde des affaires.

Commander le livre sur le site des éditions Glyphe

Commander le livre sur le site de la FNAC

Correspondance Châtelet

Denis Labayle
Éditions Glyphe (2017)
16 €

Albert Sourniat, écrivain et critique littéraire, à la retraite depuis peu, est hanté par le souvenir de la disparition de son fils Paul, alors âgé de 17 ans.

Barbara est une Black américaine qui chante dans le métro depuis 5 ans.

La rencontre de ces deux personnages est-elle le fait du hasard ? Derrière le frôlement de leurs solitudes, se cachent des secrets, des blessures qui rapprochent : pourquoi le fils d’Albert a-t-il quitté le domicile familial ? Pourquoi Barbara s’est-elle exilée en France ?

La relation étroite entre l’écrivain et la chanteuse va aider chacun à affronter son passé.

Dans cette histoire forte, originale, écrite avec humour, on retrouve le style fluide de Denis Labayle, qui lui a valu plusieurs prix littéraires.

Commander le livre sur le site des éditions Glyphe

Commander le livre sur le site de la FNAC

PRESSE

« Par petites touches, Denis Labayle livre au lecteur les pièces d’un puzzle que seuls l’amour et la résilience peuvent reconstituer. Son style n’a rien perdu de son élégance. Ses mots sont toujours aussi sincères et authentiques. »
Dominique Cresson – Ouest-France

« On peut sans craindre voyager avec Denis Labayle. Sa mélodie en sous-sol n’a rien d’une intrigue de surface. »
Pierre Vavasseur – Le Parisien Aujourd’hui

« Ce questionnement sur les relations père-fils et la façon de reconstruire ce qui a été brisé est rendu crédible par une écriture naturelle, élégante et fluide, une écriture d’artiste, mais sans apprêt. Denis Labayle sait rendre les personnages palpables et denses. Correspondance Châtelet laissera une trace durable dans ma mémoire de lecteur. »
Jacques Tessier – Mediapart

« On est séduit par le style de Denis Labayle… incisif, précis, camusien. Sa force narrative nous tient en haleine. »
Fernand Vicari – Hegel

Dans les pas du fils

Denis Labayle, en coll avec Renaud et Tom François.
Éditions KERO (2016)
17,90 €

Existe en éditions poche Pocket 2017

Sort en bande dessinée en janvier 2021 chez Calmann-Lévy

Prix Liter’nature  2017

Entre Renaud et son fils Tom, c’est l’incompréhension. A 17 ans, l’adolescent semble glisser sur une mauvais pente : échec scolaire, violence, drogue…Convaincu que son fils doit rompre avec son environnement toxique, Renaud lui propose une aventure extraordinaire : la traversée à cheval des steppes d’Asie Centrale, aux confins du Kirghizstan. Pendant trois mois, le père et le fils vont franchir des montagnes, traverser des déserts, rencontrer des personnages insolites. Surtout ils vont vivre une incroyable aventure humaine au cours de laquelle ils seront obligés de compter l’un sur l’autre. Chacun avec son objectif : pour Renaud, aller à la rencontre de son fils ; pour Tom, découvrir un père et devenir homme.

Je n’avais jamais écrit pour d’autres. Renaud me fit un jour cette proposition : raconter la chevauchée fantastique qu’il venait de vivre aux confins du Kirghizstan. J’aurais décliné l’offre si ce récit s’était limité à la narration d’un voyage exotique, je l’ai immédiatement acceptée lorsque j’en ai appris l’enjeu : partir à la rencontre de son fils dont il se sentait séparé depuis toujours par un mur d’incompréhension. J’avais été moi-même trop longtemps confronté à une relation paternelle douloureuse pour ne pas me laisser fasciner par leur aventure. Tom et Renaud m’ont accordé une totale confiance et nous avons développé une complicité telle que, parfois, j’ai eu l’impression de participer comme une ombre à leur périple. Certaines nuits, je me suis même vu sur un cheval au galop, traversant avec eux les steppes d’Asie centrale, me demandant ensuite si je l’avais rêvé ou réellement.

Commander le livre sur le site des éditions KERO

Commander le livre sur le site de la FNAC

A Hambourg, peut-être …

Denis Labayle
Éditions Dialogues (2014)
19,90 €

Paris octobre 1940. Le Professeur Dejean, chirurgien français de renommée internationale, reçoit une convocation insolite. Un médecin allemand, travaillant dans un hôpital réquisitionné par l’occupant lui propose ce pacte : « Opérez avec moi certains malades difficiles et, en échange, je vous ferai livrer les médicaments dont vous manquez cruellement. »
Au nom de leur éthique, les deux chirurgiens ennemis peuvent-ils dépasser leurs antagonismes ? Pareil pacte peut-il résister à la perfidie d’une Histoire qui truque les relations humaines et brouille les règles de la morale ? Cette rencontre va mener les deux adversaires vers un destin inattendu.

Denis Labayle nous entraîne dans une aventure originale, aussi déroutante que captivante. On ne peut refermer ce livre sans se poser la question : et moi, qu’aurais-je fait ?

Hymne à l’amitié, pari sur la singularité humaine, ce roman fait partie de ceux qu’on lit d’une traite.

Commander le livre sur le site des éditions Dialogues

Commander le livre sur le site de la FNAC

PRÉSENTATION DU LIVRE

PRESSE

OUEST FRANCE : « Vous dire que c’est bien écrit est un euphémisme. Denis Labayle nous a habitués à dévorer d’une traite ses récits. Celui-ci ne déroge pas à la règle. Le dilemme est terriblement contemporain. Voilà un auteur essentiel à notre époque. »
Dominique Cresson

LE CANARD ENCHAINE : « Curieux livre, livre fort. Se lit d’une traite malgré toutes les interrogations qu’il suscite… Un bel exploit d’un roman qui interroge et « bouge les lignes » comme on dit aujourd’hui. »
André Rollin

AUJOURD’HUI, LE PARISIEN : « Coup de cœur de la semaine. Roman simple et puissant qui remue à grosses vagues la réalité de la guerre, ruine les certitudes et soigne sa chute avec des techniques scénaristes au scalpel. » Pierre Vavasseur

LE TELEGRAMME *** : « Un livre captivant de bout en bout  »
Dominique Le Bian-Rivier

SUD-OUEST *** : « Dix ans après « Parfum d’ébène », Denis Labayle a gardé la même densité dans des sujets graves, avec une écriture sensible. Il raconte combien il est difficile de juger sur les apparences. Prenant ! »

FRANCE INFO net : « Le roman de Denis Labayle nous entraine dans une aventure originale aussi déroutante que captivante… Le rythme est puissant, le ton très stylé et irréprochable. La lecture est fluide et de nombreux rebondissements maintiennent un fort suspens tout au long du roman. »

MEDIAPART : « Ce roman réussit le paradoxe de s’avaler d’un trait, mais aussi de se savourer , tellement les personnages sont forts et réussis. »
Jacques Tessier

Nord Bretagne.fr : « Pas de parti pris, juste une incroyable aventure humaine. »
Anne Bersac

 

Nouvelles sur ordonnance

Denis Labayle
Editions Dialogues
156 pages
15,90 €

Écrivain, Denis Labayle, n’oublie pas son passé de médecin hospitalier.
Au fil des nouvelles écrites dans une langue simple et pure, apparaissent les deux principaux personnages de son théâtre, le médecin et le malade, jouets du plus grand metteur en scène : la maladie. Ses personnages sont tendres, sensuels, drôles ou cruels.
Avec sa merveilleuse capacité à décrire la vie, Denis Labayle nous bouleverse dans « Le mensonge amoureux », nous scandalise avec « L’inquiétant monsieur Kervert », nous fait rire avec « Le ventre de Célestine », nous émeut en évoquant le désarroi de Jean Lentour dans « Bistrot »
Ses récits, aussi captivants qu’inattendus, nous font découvrir que la médecine, exercée avec humanité, est plus qu’une vocation ou un sacerdoce, c’est une seconde peau.
Un livre fou comme la vie.

Commander le livre sur le site des éditions Dialogues

Commander le livre sur le site de la FNAC

PRESSE

« Quand vous refermerez ce livre, il vous poursuivra encore longtemps, Denis Labayle a ce pouvoir. C’est un sorcier du récit, de la phrase qui mouche, il vous emporte immédiatement, vous bouleverse, vous fait sourire. il a ce don de nous parler à l’oreille. »
OUEST FRANCE

« Au fil d’une langue simple et pure, apparaissent les deux principaux personnages de son théâtre, le médecin et le malade, à la fois tendres, sensuels, drôles ou cruels, et jouets du plus grand des metteurs en scène : la maladie. »
LE TÉLÉGRAMME

« Ce recueil de nouvelles fort bien écrit, homogène ,et varié à la fois, apporte toute satisfaction, et pourrait faire basculer les non-amateurs de nouvelles de l’autre côté. »
EN LISANT

« Toutes ces nouvelles ont su me toucher, d’une manière ou d’une autre : l’humour, la tristesse, la tendresse, la joie qu’elles reflètent. Chacune est bien tournée. Cela respire le respect de l’être humain. »
MAGAZINE CULTURE

« Chaque nouvelle est un petit bout de vie. »
INFIRMIÈRE MAGAZINE

« Avec ce livre que vous ne lâcherez pas de la première à la dernière de ces dix nouvelles, Denis Labayle nous fait comprendre avec la plus grande délicatesse, la plus grande discrétion, la plus grande humanité, sans trace de moralisme, sans trace de didactisme mais avec un humour toujours sur le fil du rasoir, que la médecine est un métier tragique, un métier éthique, un métier à risque. »
HEGAL

Noirs en Blanc

Denis Labayle
Éditions Dialogues (2012)
19,90 €

Comment Zola Méké, jeune Africain issu d’une famille démunie, est-il devenu chirurgien à Paris ?

Pour faire ses études, Zola, adolescent, est obligé de s’exiler. D’abord à Cuba, puis en Russie et en France. Une ascension sociale terriblement coûteuse : déchirement familial, petits boulots pour survivre, racisme, tiraillement entre l’attrait d’une vie « moderne » et l’emprise de la culture originelle.

Mais ce roman est aussi une histoire forte d’amour et d’amitié entre quatre jeunes aux destins divergents. Une aventure humaine où les personnages de rencontre abondent : un idéaliste égaré, une singulière mère adoptive, un curieux chirurgien russe adepte du silence… Le tout narré d’une plume alerte où l’humour s’invite souvent.

Noirs en blanc est une fiction inspirée des témoignages de médecins étrangers travaillant dans nos hôpitaux. Il évoque la fuite des cerveaux d’Afrique : un drame pour ce continent… « Reprenez vos ONG et rendez-nous nos médecins », s’écrie Myesi, une femme chirurgien amoureuse de Zola.

Commander le livre sur le site des éditions Dialogues

Commander le livre sur le site de la FNAC

Presse

« Un roman formidable et courageux. La première partie, un Cubain aurait pu l’écrire, les deux autres, un Africain aurait aimé les écrire. »
Eduardo Manet

« Un très beau livre. »
Patrick Chamoiseau

« C’est tout l’exotisme à l’envers de ce roman qui cultive, dans la précision et la simplicité de l’écriture, de lointains cousinages avec la ferveur des récits de Joseph Kessel. »
Pierre Vavasseur – Le Parisien – Aujourd’hui

« Pour la première fois, un romancier se penche sur les destins de médecins étrangers exerçant dans les hôpitaux français. »
Coline Garré – Le quotidien du médecin.

« Tout simplement passionnant. »
Hervé Bertho – Ouest-France

« Denis Labayle livre un passionnant récit initiatique sur fond de guerre froide finissante et de fuite des cerveaux africains. »
La VIE.

« Un style fluide et bien rythmé, et l’humour souvent au rendez-vous. »
Olivier Fermé – Le Républicain

« Une histoire forte d’amour, d’amitié et d’abnégation. Une aventure humaine, jalonnée de rencontres singulières, de destins divergents. »
Dominique Le Brian-Rivier – Le Télégramme de Brest

« Une fiction passionnante, très humaine, loin de tout misérabilisme… Un roman à la fois prenant comme un policier, mais aussi passionnant pour son contexte historique et le thème central : quel avenir pour l’Afrique subsaharienne. »
Alain Tenaillon – La Revue du Praticien

« Denis Labayle dit les déchirements de l’exil, la fuite des cerveaux d’un continent saigné par la colonisation, les guerres, la corruption… Mais ses pages, pleines d’humour, disent aussi les rencontres , l’amitié et l’amour. La Vie. A lire absolument ! »
E. Debelleix – Infirmière Magazine. Mars

« Une histoire qui nous permet de nous interroger sur notre drôle de monde. L’ouvrage est facile à lire, à dévorer. Courez, achetez-le, vous ne serez pas déçus. »
Nadia Sahel – C senors.com

« Une jolie découverte. Captivée dès les premières pages, on s’attache rapidement à Zola… Un roman plein d’humour, d’amour et cinglant de réalité. »
Cassandra – L’air du temps

« Vous allez adorer l’histoire de Zola Méké. Bonne lecture. »
Reader’s Digest